Happy Hour

Mauro Paccagnella et Alessandro Bernardschi (Wooshing Machine Cie)

« Les Italo-Bruxellois Alessandro Bernardeschi et Mauro Paccagnella, trente ans de danse, vingt de complicité et un siècle à eux deux, mettent la gomme pour la bonne cause de la danse contemporaine. (…) En dix tableaux, ils auscultent les couches de la fabrication d’un spectacle chorégraphique avec un élan et une invention, une foi dans le mouvement surtout, qui mettent dans le mille. Happy Hour ! Il fallait oser. Ils l’ont fait, et ça marche. » Rosita Boisseau in Télérama

Happy Hour parle du désir de danser, de partager cet amour de la danse, du temps qui passe et d’amitié. Rarement deux danseurs (plus tout jeunes) auront été aussi touchants dans une amitié sans ambigüité.

Photo Mauro

Happy Hour a remporté en 2016 le prix « Luminux for Theatrical Moment » au Summerhall de Edinbourg et le prix du meilleur spectacle de danse décerné par le « Total Theatre award » à The Place (Londres).

Mauro Paccagnella est danseur, acteur et chorégraphe italien. Il vit et travaille à Bruxelles depuis 20 ans. Il fut l’interprète de nombreuses compagnies belges dont celles de Frédéric Flamand, Karine Ponties, Fatou Taroré et Olga Soto. Il a également dansé pour Thierry De Mey et la Cie Mossoux-Bonté. Depuis 2002, il collabore avec la chorégraphe Caterina Sagna. Il crée le collectif Wooshing Machine en 1998. Après « Cyber Beans » (Prix SACD, 1998) et le projet de recherche Dog-Tricks (dont Babylonia Kiss avec Alessandro Bernardsechi), il crée entre 2006 et 2011 la tétralogie « The Siegried’s Swan Song ». En 2009, il met en scène le spectacle « Infundibulum » pour la Cie belge de cirque contemporain Feria Musica et en 2012 pour la même Cie la production Sinue.

Alessandro Bernardeschi est d’origine toscane. Après des études au D.A.M.S à Bologne où il obtient une maîtrise avec une étude portant sur «La Nouvelle Danse Française des années 80», Il continue ensuite une formation en danse classique et contemporaine tout en étant très actif sur la scène contemporaine de Bologne dans les années 80. En 1990, il s’installe à Paris où il travaillera avec le chorégraphe Paco Decina. En 1996 il intègre le Centre Chorégrahique National de Rennes, dirigé par Catherine Diverres, avec laquelle il collabore pour diverses créations. A Bruxelles, il rencontre ensuite la chorégraphe Karine Ponties pour les projets Negatovas, Les taroupes et Brucelles. Il travaille également avec Marco Berretini, Mauro Paccagnella et François Verret. Depuis 2000, il a entamé une colloboration avec Caterina Sagna. En 2014-2015, Alessandro Bernardeschi travaille avec George Appaix pour la création « Vers un Protocole d’une Conversation? »

Conception, chorégraphie et interprétation Mauro Paccagnella et Alessandro Bernardeschi

Musique C. Monteverdi, Kessler, B. Dylan, S. Baier, A. Lear, Siouxsie and the Banshees

Lumières Simons Stenmans