Cabaret Discrépant

Olivia Grandville

Capture d_écran 2018-06-18 à 18.26.29

Le Cabaret Discrépant, est une proposition en forme de fugue chorégraphique. Hommage au « lettrisme », une mouvance d’une grande inventivité formelle et critique, le spectacle réunit musicalité et composition millimétrique, engagement du corps et de la voix, ironie critique, tribune polémique et manifeste politique anti-réactionnaire d’une danse qui croit à sa place essentielle et originale.
Avec le « lettrisme », Isidore Isou et Maurice Lemaître s’attaquent, dès les années 40, aux fondements du ballet et pulvérisent littéralement l’art chorégraphique de leur temps. Ils posent avec un humour ravageur les bases d’une réflexion qui continue d’agiter la danse d’aujourd’hui. Ils inventent des processus d’écriture offrant de multiples entrées. Danse de l’amorphe et de l’arythmie, de la lenteur et de l’immobilité, danse de la disparition, comment ne pas faire le lien entre ces propositions « lettristes » et certaines des œuvres les plus radicales de ces dernières années.

« Dans son spectacle la chorégraphe Olivia Grandville met joyeusement en scène la « discrépance » (coexistence disparate des arts) (…) La surprise est grandiose : Grandville et ses interprètes, tous danseurs contemporains expérimentés, passent en revue l’histoire de la danse, depuis les ballets de cour jusqu’à Isadora Duncan. Ils se lancent ensuite dans des haïkus dansés (le plus souvent assis à la table), étranges et drôlissimes. Un tel pari, en plus d’être cocasse, éclaire d’un jour nouveau les recherches françaises de ces dernières années autour de l’intériorité, de l’immobilité, du refus de la prouesse… » Emmanuelle Bouchez –Télérama

D’emblée passionnée pour les démarches artistiques insolites, Olivia Grandville a le goût des lettres et des dispositifs plastiques. Après ses études et son début de carrière à l’opéra, elle démissionne pour se consacrer à la danse contemporaine. Elle rejoint la compagnie Bagouet et devient l’une des plus grandes danseuses de ces dernières décennies. Elle développe son travail personnel depuis les années 90 où la danse, toujours au centre de ses intentions, est sans cesse interrogée.
Le cabaret discrépant « hypergraphique, infinitésimal et super polémique » réunit de nombreux artistes, pour déborder hors des cadres, jusque dans l’imaginaire du spectateur. Il s’agit aussi pour Olivia Grandville et ses complices de faire
entendre et retrouver l’esprit subversif, l’énergie juvénile de ces innovateurs portés par l’utopie. Avec l’idée d’une « société paradisiaque où les valeurs de la création et de l’art auraient remplacé celles de l’argent».

Conception : Olivia Grandville, d’après Isidore Isou
Interprétation : Olivia Grandville, Catherine Legrand, Sylvain Prunenec, Pascal Quéneau, Manuel Vallade / collaboration artistique et lumière : Yves Godin
création : 2010 / durée : 50 minutes